Musée de l'Oeuf décoré
et de l'Icône

 

 

 

 

le musée est définitivement fermé

les présentes pages sont consevées à
titre d'information.

 

 

 

 

 

Il fait suite au Musée de l'œuf décoré, dans une deuxième salle.
Il y est présenté des icônes en bois anciennes, des icônes en bronze moulé et émaillé, des croix, des diptyques, des triptyques, des livres liturgiques, des petits médaillons à porter sur soi. Russie du XVIII ème, XIX ème et XX ème siècle. Une centaine de pièces différentes.

lien externe : Atelier Sainte Théodora

 

icone vierge de kazan

Vierge de KAZAN
Icône sur bois, peinte à la tempera.
Russie XIX ème siècle

 

Croix composite
argent moulé, ajouré, émaillé.
Russie XIX ème siècle

icone russie

 

Une exposition exceptionnelle par la qualité des oeuvres présentées. L'exposition d'icônes présentée au musée privilégie davantage l'iconographie plutôt que les styles.

musee icones banne

L'icône est liée à l'histoire, à la théologie, à l'ethnologie  et à l'art. Cette complexité rend son approche fascinante et encore plus passionnante.


Les icônes en bronze moulé et émaillé présentent dans le musée sont moins connues en Europe que les icônes classiques peintes sur bois. Les icônes en bronze moulé sont en général de petite taille. Elles étaient destinées à être portées sur soi ou bien faisaient office d'icônes de voyage.

 

 

Sens de l'icône

Le mot icône, du grec eikôn, veut dire image. L'icône est une image du Christ, de la Mère de Dieu ou d'un Saint, vouée à la vénération des fidèles.

Elle s'enracine dans les Écritures et participe, à sa manière, à la Révélation : sur les icônes, l'Église “montre” le Christ, non comme une homme ordinaire, mais comme le “Dieu-Homme” dans sa gloire. “Ecriture” – plus que peinture – elle est le signe d'une présence rayonnant vers les fidèles, elle les enseigne dans la contemplation

icone vierge

 

musee icone banne

Un peu d'histoire

Les premières icônes ont été peintes dès le début de l'ère chrétienne (ex. au Mont Sinaï, 4 ème siècle).
Leur culte très prospère dans l'empire byzantin, s'est répandu dans tout le bassin méditerranéen.
L'Histoire mentionne la crise iconoclaste ou querelle des Images ( de 726 à 843) qui a suscitée beaucoup de violence et de persécutions au sein de l'Église byzantine et qui prit fin grâce au Concile œcuménique de 787, légitimant le culte des Images.
Une expansion intense se produisit ensuite en Russie, avec des écoles de peinture d'icônes très célèbres (Novgorod, Kiev, Vladimir, …).

 

  Le culte des Icônes

Il repose sur le Mystère de l'Incarnation.
“Comment faire une image de l'Invisible ?
Comment représenter les traits de ce qui n'est à nul autre pareil ?
Comment représenter ce qui n'a ni quantité, ni grandeur, ni limite ?
Si tu as compris que l'Incorporel s'est fait homme pour toi, alors c'est évident, tu peux exécuter son image humaine.
Puisque l'Invisible est devenu visible en prenant chair, tu peux exécuter l'image de Celui qu'on a vu.” 

St Jean Damascène
(premier théologien de l'Icône)

st jean damascene

 

Icône… non portrait

Tout acte de vénération passe à travers l'image pour s'adresser directement au prototype qu'est le Christ. Ce n'est pas de l'idolâtrie. C'est un acte de foi et d'humilité, en harmonie avec la matière, que de s'incliner devant une représentation de l'Incarnation du Fils de Dieu car c'est à Lui qu'on s'adresse nous dit St Jean Damascène.

 

L'iconographie chrétienne comporte toute une Tradition à respecter avec un langage particulier et une interpellation personnelle qui invite chacun à entrer dans une relation à Dieu.  Il ne s'agit pas d'œuvres d'art au sens classique du mot, mais d'une rencontre, une sorte d'événement à accueillir, un appel venant de Dieu pour atteindre le meilleur de nous-mêmes et nous faire communier à son Mystère. C'est pourquoi faire peindre une icône : c'est à la fois une démarche de prière et d'ascétisme et un travail qui se poursuit dans la durée. La planche demande déjà une longue préparation, recouverte souvent d'un fond d'or. Les symboles utilisés : couleurs, formes, compositions, proportions, perspective inversée, sont tous mis en œuvre pour exprimer le divin, rendre présent le monde transfiguré, dégagé de toute pesanteur et des tensions humaines… Rien à voir avec les canons classiques de la beauté.

icone vierge

 

 

Place importante de la lumière.

La technique des couleurs iconographiques se caractérise par le fait qu'on commence par les nuances foncées (le monde est dans les ténèbres, marqué par le péché). Puis viennent les nuances de plus en plus claires, les "lumières” (l'humanité est sauvée par le Christ, Lumière du monde). C'est un travail minutieux qui demande une longue initiation.

 

L'icône ne vise pas à satisfaire le regard humain. Faite dans la prière, elle est le parfait antidote de l'idole, pour nous aider à contempler Celui sans qui notre vie n'a pas de sens. Elle contient tout un message à recevoir. Une icône ne se regarde pas, elle se contemple. Elle est faite pour nourrir notre méditation.

Olivier Clément écrit : "L'homme tout entier devient regard envahi par la lumière".

 

MERE DE DIEU DE KAZAN

Russie XIX ème siècle

Cette icône se distingue des autres, car l'Enfant Jésus est toujours représenté de face jusqu'aux genoux et que l'on voit une seule de ses mains qui bénit.

icone vierge jesus
C'est une des icônes mariales la plus répandue et la plus aimée des Russes.
Sa manifestation miraculeuse remonte à 1579, vingt sept ans après la victoire d'Ivan le Terrible sur le Khan tartare de Kazan. La Vierge se montra en songe à une fillette du nom de Matrena.
Elle lui demanda de déterrer une icône à son effigie, à l'endroit qu'elle lui indiquait. La petite Matrena trouva cette icône dans les ruines d'une maison incendiée.
L'icône fut transportée en procession solennelle à la cathédrale de l'Annonciation. De nombreuses manifestations de guérison se produisirent envers ceux qui invoquèrent la Mère de Dieu de Kazan.
Elle se trouvait dans le camp du Comte Pojarsky lorsqu'il délivra Moscou en 1612 de l'occupation polonaise, ce qui étendit sa renommée à tout le pays et le lia au destin des Romanov.
C'est en son honneur que le Tsar Alexis Mikhailovitch fit construire en 1649 une église près de l'enceinte du Kremlin à Moscou. Le Tsar Paul 1 er fit édifier la cathédrale de Kazan à Saint-Pétersbourg au début du XIX ème siècle. C'est encore devant cette icône que vint se recueillir le maréchal Koutousov avant d'affronter Napoléon 1 er .

 

MANDYLION AVEC LA SAINTE FACE

Russie milieu du XIX ème siècle

  

icone christ banne ardeche

Cette représentation du Christ est dite non faite de main d'homme (Archeiroipoietes en grec). C'est, d'après la légende, la première image miraculeuse de Dieu incarné. Le prince d'Edesse, Abgar V, malade aurait voulu que le Christ se rendit auprès de lui pour le guérir. Ce dernier envoya son archiviste Hanann, en le chargeant au cas où Jésus ne voudrait entreprendre ce voyage, de réaliser son portrait. Hanann essaya, mais ne put réussir à cause de la gloire indicible de ce visage. Jésus compris la requête, il fit apporter de l'eau et se lava le visage. Il s'essuya avec un linge sur lequel ses traits restèrent miraculeusement imprimés. Agbar fut exaucé et guéri. Le mandylion pieusement conservé fut par la suite emmuré au dessus de la porte de la ville. L'Icône devint ensuite l'objet de marchandages : les Empereurs de Byzance, Constantin Porphyrogénète et Romain 1 er , l'achetèrent en 944 au prix de deux cents prisonniers sarrasins et douze mille deniers d'argent. Redécouvert, il est transféré à Constantinople, dont il devint le palladium, avant de disparaître lors du sac de 1204 par les croisés.

 

SAINT-JEAN BAPTISTE LE PRECURSEUR

Russie milieu du XIX ème siècle

Saint-Jean Baptisé dans le Jourdain

 

 

Nativité de Saint-Jean

icone st jean baptiste russie

Vénération de la tête de Saint-Jean le Précurseur

 

 

La décollation de la tête de Saint-Jean le Précurseur

Jean le Baptiste est représenté en ange au centre de l'icône. Il tient sur la bras gauche la coupe avec l'enfant Jésus, qu'il désigne du doigt. Il porte dans la main gauche le rouleau de la parole. Saint-Jean le Baptiste est entouré de quatre scènes relatives à sa vie.
haut de page

 

 

Espace Icônes